Pour la plupart d’entre nous, lorsque l’on pense à une murène, on a tout de suite en tête l’image d’un animal qui ressemble plus à un serpent qu’à un poisson, avec, il faut bien l’admettre, une sacrée sale tronche. Mais toutes les murènes ne sont pas aussi disgracieuses. Et la plus belle d’entre elles est à coup sûr la murène ruban. Elle tient son nom des formes tracées par les rubans de GRS. En effet, quiconque a la chance de les voir nager en pleine eau pense immédiatement ces rubans, même si un tel spectacle est plutôt rare, bien qu’inoubliable. Mais leur technique de nage à elle seule ne suffit pas à expliquer pourquoi les murènes rubans sont si jolies à regarder.

Le cycle de vie hors du commun de la murène ruban

Les couleurs de la murène ruban sont plutôt inhabituelles pour une murène. Au cours de sa vie, elle passe du noir avec la nageoire dorsale jaune vif au jaune total, à la fin de sa vie. Entre ces deux phases on la rencontre le plus souvent sous sa plus jolie forme, bleu vif et jaune. Ces différences de couleur s’expliquent par le cycle de vie particulier de la murène ruban. Les juvéniles noir et jaune sont asexués. Quand ce noir se transforme en bleu, ils deviennent des mâles. Enfin, au dernier stade de leur vie, lorsqu’elles deviennent totalement jaune, elles changent de sexe pour être femelles. Ce type de mutation sexuelle est comparable à celui des poissons-clowns. En effet, s’il est courant que les poissons changent de sexe au cours de leur vie, seules quelques rares espèces commencent par être mâle avant de devenir femelle.

Petite timide ou poisson pas doué ?

Malgré leur look de tombeuses, les murènes ruban sortent très peu de leur trou. En effet, comme la plupart des espèces de murène, elles préfèrent largement chasser depuis leur maison plutôt que d’en sortir. Serait-ce pour cacher leur beauté aux yeux des plongeurs ?  En réalité, la réponse à cette question se trouve ailleurs. Si les murènes rubans ne sortent pas de chez elles, c’est simplement parce qu’elles sont de piètres nageuses. Leur corps est plus adapté aux petits recoins sombres dans lesquelles elles se glissent sans difficulté plutôt qu’à parcourir de longues distances en pleine eau. Pas de bol pour les plongeuses et plongeurs, même s’il arrive parfois que quelques chanceux la surprennent entrain de changer de cachette, de nuit. Alors si vous venez plonger à Amed avec Abyss Dive Center Bali, croisez très fort les doigts pour avoir une petite chance d’assister à ce magnifique spectacle.

Une murène plutôt sociable

Si la plupart des espèces de murènes sont assez solitaires, il n’est pas rare de de voir deux murènes rubans partageant le même trou, ou deux trous proches l’un de l’autre. Il semblerait que les changements de sexe de certains individus dans un groupe puissent être motivés par un manque de femelles reproductrices, ce qui suggère l’existence d’une forme de communication entre les murènes d’un même groupe.

Où voir une murène ruban en plongée ?

La murène ruban est une espèce de poisson tropicale qui se rencontre exclusivement dans la zone Indo-Pacifique, du Japon à l’Australie, de l’Est de l’Afrique à la Polynésie Française. L’Indonésie en particulier est connue pour ses larges populations de murènes rubans et sont très régulièrement aperçues en plongée, à Amed et Tulamben notamment. La murène ruban aime vivre dans les lagons et les récifs peu profonds mais peut être trouvée jusqu’à 50 mètres de profondeur. Si vous souhaitez en observer une une, cherchez ses grandes narines jaunes qui servent à la fois d’appât et d’antennes. Néanmoins, rappelez-vous de ne toucher qu’avec les yeux, puisque les murènes ont une mauvaise vue et pourraient confondre vos doigts avec de la nourriture et pourraient être tentées d’y goûter. De plus, sa salive venimeuse et les restes alimentaires entre ses dents sont en général un combo gagnant pour une plaie qui s’infecte. On vous aura prévenu !

Envie de plonger à Bali avec une murène ruban ? Alors contactez-nous dès à présent pour réserver votre plongée à la Mecque de la plongée balinaise !